Société de Calcul Mathématique, SA
Outils d'aide à la décision
depuis 1995



Notre programme de travail

Dysfonctionnements d'équipements

Etude de cas


Mise à jour : 07/06/2018

 

ANDRA

L'Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs (ANDRA) gère le projet Cigéo (Centre industriel de stockage géologique) qui sera exploité pendant au moins 100 ans.

Ce centre, conçu pour être réversible pendant toute la durée de l'exploitation, consistera en un stockage des déchets radioactifs produits par l'ensemble des installations nucléaires actuelles. Les déchets concernés sont ceux à longue durée de vie dont le niveau de radioactivité est élevé et qui ne peuvent être stockés en surface ou en faible profondeur de manière sûre. Ils seront stockés dans des installations en béton à environ 500 mètres de profondeur.

Toute installation nucléaire doit faire l'objet d'une surveillance avec la mesure systématique et périodique d'un certain nombre de grandeurs (température, débit de dose, déformation, etc.). Pour pouvoir contrôler le fonctionnement de l'installation, l'ANDRA désire mettre en place un programme de surveillance du futur site pendant toute la durée d'exploitation au moyen d'un réseau de capteurs.

Le réseau est composé d'extensomètres à corde vibrante et de fibres optiques. Les extensomètres à corde vibrante sont majoritairement utilisés à l'intérieur du béton. Ils sont constitués d'un tube cylindrique avec une corde tendue à l'intérieur et d'une tête à chaque extrémité pour l'ancrage au sein de l'installation. Les fibres optiques sont constituées d'un cur en silice (fibre de verre), d'une gaine optique, généralement en silice, et d'une gaine mécanique de nature variable selon le fabricant et l'application prévue.

Le réseau de capteurs doit être élaboré de manière à être robuste. Il doit résister aux conditions auxquelles il va être exposé : fortes températures, humidité, radioactivité, déformations.

L'objectif principal du travail demandé par l'ANDRA est de faire en sorte que la détection de fissures dans le béton soit toujours possible, même si les capteurs présentent des dysfonctionnements.

*****

RATP

Depuis 2017, la SCM, à la demande de la RATP, analyse des fichiers contenant les enregistrements de "freinage d'urgence" de certains métros. Le freinage d'urgence est un dispositif automatique, qui se déclenche dans certaines circonstances (par exemple dépassement d'un signal). Les enregistements sont très nombreux et portent sur une très longue période. La RATP veut disposer d'une expertise critique, portant non seulement sur le phénomène physique lui-même (la décélération est-elle conforme aux attentes ?) mais aussi sur la qualité du système d'information : la transmission des données est-elle faite dans de bonnes conditions ? les données enregistrées sont-elles facilement exploitables ?

Dans le cas présent, une difficulté particulière tient au fait que seule la position du train est enregistrée ; la vitesse et l'accélération s'en déduisent, mais ne sont pas mesurées directement.

De manière générale, comme nous le disons dans la présentation du programme de travail, lorqu'on met en place un système de recueil de l'information, il est prudent de vérifier celui-ci de temps à autre : détection de données aberrantes, mise en évidence de "trous" (données manquantes), incertitudes excessives, etc.

*****

RTE

Depuis décembre 2017, la SCM travaille avec RTE (Réseau de Transport d'Electricité) sur un aspect du programme "dysfonctionnement d'équipements" : il s'agit d'améliorer la maintenance préventive pour certains équipements, en l'occurrence les "sectionneurs".

Tous les industriels partagent la même préoccupation : ne pas remplacer les équipements trop tôt (cela coûte de l'argent inutilement), mais, en même temps, ne pas risquer la panne d'équipements critiques.

La réponse communément adoptée s'appelle "maintenance préventive" : on remplace les équi-pements, ou certains éléments, avant qu'ils ne tombent en panne. Ceci exige évidemment d'avoir constitué une loi de probabilité de la durée de vie, et cette loi de probabilité va être "conditionnelle" : elle dépendra en effet d'un certain nombre de paramètres, souvent les conditions d'exploitation, les conditions de fabrication, etc.

Un aspect particulièrement intéressant du travail avec RTE est la mise en évidence de signaux d'alerte (en anglais "early warning signals") : apparition de pannes bénignes, qui laissent à penser qu'une panne sévère se profile à l'horizon. Un exemple concret pourrait être : pour tel type de sectionneur, dans telles conditions d'exploitation, si telle panne bénigne se produit, on peut penser qu'il vaut mieux remplacer le sectionneur dans les deux ans qui suivent.

*****

Atlandes

Atlandes et Egis Exploitation Aquitaine gèrent la section de l'A63 qui s'étend de Salles en Gironde à Saint Geours de Maremne dans les Landes. Cette section d'autoroute fait 104 km et est divisée en 11 sections par 12 "diffuseurs". Un diffuseur correspond à une bretelle d'entrée et une bretelle de sortie d'autoroute pour les deux sens de circulation.

Pour chaque diffuseur, Atlandes a installé des capteurs (boucles magnétiques) aux bretelles de sortie d'autoroute afin de compter les véhicules, et aussi afin de détecter les véhicules circulant à contresens sur ces bretelles.

La question que se pose Atlandes est de savoir si les alertes correspondent à des dysfonctionnements des capteurs ou bien à des véhicules ayant effectivement emprunté la bretelle à contresens.

Voir coupure de presse "Sud Ouest", 13 avril 2018.



Les mathématiques sont là pour comprendre les lois de la Nature ; c'est Satan qui les a conçues.



Retour page d'accueil